Donner avec le cœur
Un rein pour Benjamin
La demande de régularisation à l’Office des Etrangers au motif de raison médicale fut déclarée recevable le 12 juillet 2010, puis déclarée non-fondée par l’Office des Etrangers  le 21 octobre 2011 et dut faire l’objet d’un recours : la demande est déclarée recevable le 21 mai 2012  et ensuite non-fondée le 21 janvier 2015. Le 9 février 2015 il recevait un ordre d’expulsion de la Belgique avec les motifs suivants : Il peut prendre l’avion et voyager pour retourner dans son pays, il y a tout le nécessaire pour le soigner en République Démocratique du Congo, il peut travailler pour payer son traitement. Le 10 mars 2015 un autre recours auprès du service du contentieux de l’Office des Etrangers : il le juge recevable et est suivi d’une annulation de l’ordre de quitter le territoire le 03 septembre 2015 .  En février 2016 nouvel ordre d’expulsion. Recours envoyé le 08 avril 2016  suivi d‘un retrait de l‘ordre d‘expulsion le 14 avril 2016. Un nouvel ordre d’expulsion vient d’être remis à Benjamin le 29 Aout 2016.Or la poursuite du traitement au Congo est impossible car pas de mutuelle et le coût mensuel s’élève à 5400 dollars ; il est contraint de rester en Belgique pour continuer à se faire soigner et … donc il vit éloigné de sa femme et de ses trois enfants.  Il n’a donc pas pu voir grandir ses enfants : Joanna,  Emmanuella et Beni Benjamin, âgés aujourd’hui respectivement de 16 ans, 12 ans et 11 ans. Le contact se maintient par internet et  par téléphone. L’état de dialysé en Belgique de Benjamin Lwabanji le prive donc sévèrement de son rôle d’époux et de père, de l’affection et du soutien des siens. En conclusion, Benjamin est en quelque sorte otage de sa situation de santé. Pas droit à une greffe, pas de possibilité de soins de dialyse dans son pays et obligation de rester en Belgique pour qu’il continue à se faire soigner vu les carences au Congo sur le plan médical et pharmaceutique, l‘inexistence de mutuelles qui prennent en charge sa maladie, en plus des problèmes d’électricité pour maintenir les appareils en état de fonctionnement régulier. Pas de revenus lors des ordres d›expulsion et pas de possibilité de travailler vu ses 3 dialyses hebdomadaires sans pouvoir revoir sa femme et ses enfants. S’il était régularisé, Benjamin recouvrirait le droit à la Mutuelle ouvrant ainsi l’accès à une greffe, et après guérison, à un travail possible. Ce serait un pas décisif vers un rassemblement familial. En tant qu‘ingénieur en électromécanique, Benjamin pourrait retrouver un travail.
Quis, id, sint mollit  cupidatat sed magna  magna incididunt in quis non duis dolore est irure
Activités! de dons
Son statut
Tatou Pat Pat          Juin 2016  Beersheba | 33 Chaussée de Ciney | 5300 | Andenne | Tél :+3285841615
® Epub | 33,Boulevard dHerbatte | 5000 | Namur| Tél : +32472197918
Français